Dernières nouvelles
Interventions / actions de l'ASPEC. Nouvelles de nos partenaires
Dernières nouvelles
 
La Voix du Nord du 22 février 2008.
L'association
L'ASPECambrai, devient l'ASPECambrésis !
L'association
 
200px-mhistorique_svg
Le patrimoine public
Un patrimoine d'exception, 28 Monuments Historiques et 1 au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.
Le patrimoine public
 
placmarché 038pano
Le patrimoine privé
Rues, maisons et demeures
Le patrimoine privé
 
villefleurie 005pano
Le patrimoine paysager
Le patrimoine paysager
 
Naves
Le Patrimoine en Cambrésis
Cette rubrique est en cours de construction, grâce à la collaboration des municipalités , des associations et des particuliers investis dans la préservation du patrimoine
Le Patrimoine en Cambrésis
 
DSC08345
Traces du passé
Traces du passé
 
Poignée de porte
Les expositions
Ouvertures cambrésiennes, Art déco, toits, balcons, décors de façade, portes
Les expositions
 
Place du 9 octobre
Conseils pratiques
Règlementation, conseils, subventions pour valoriser votre patrimoine
Conseils pratiques
 
worldinhands
Développement durable
Développement durable
 
Nos propositions
Nos propositions
 
Poil à gratter
Ce qui vous chatouille et ce qui nous gratouille...
Poil à gratter
 
alerte patrimoine
Alertes patrimoine en péril
Alertes patrimoine en péril
 
Langues
Langues
 
numériser0006
Espace adhérents
Téléchargez ici bulletins, docs, etc.
Espace adhérents
 
numériser0008
Liens et bouquins
Sites, bonnes adresses, et quelques livres.
Liens et bouquins
 
logo comite inter-associatif
Calendrier des manifestations en Cambrésis
Le Comité inter-associatif pour la Mémoire du Cambrésis vous communique l'agenda des manifestations organisées par les vingt associations qui le composent.
Calendrier des manifestations en Cambrésis
 
Souscriptions
Souscriptions

espagnol allemand anglais italien
russe portugais néerlandais polonais

Des artisans à l'œuvre

  Le verre

Autrefois réservé aux édifices publics, les vitraux apparaissent avec l'Art Déco dans les habitations. L’avant-garde s’oriente vers un modernisme abstrait, des formes courbes, élégantes, géométriques et sert de point de départ à la recherche de voies nouvelles.
Cette stylisation épurée apparaît vers 1920 et connait son apogée en 1925 lors de l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs à Paris.
Les verres des menuiseries ou vitraux, sont constitués de verre ordinaire, parfois sablé ou passé à l’acide pour apporter un aspect dépoli.
La diversité des sites de fabrications offre une grande variété de verres, chaque usine ayant ses modèles de verre imprimé : le nombre de motifs différents est incalculable.
De nos jours les verres sont standardisés, toutes les usines fabriquent les mêmes références, il est donc presque impossible de réparer ces verres du siècle passé.
1920. Début des verres imprimés et création du verre laminé qui remplace le verre coulé.
A la pâte de verre on incorpore des oxydes métalliques qui, à haute température, donnent suivant le dosage la couleur souhaitée.
Par ex : l’oxyde de cobalt donne le bleu ; l’oxyde de chrome ou d’argent, le jaune ; l’oxyde de cuivre, le rouge; l’oxyde de manganèse, le violet et l’oxyde de sélénium le jaune orangé.

 

Métallerie

De superbes ouvrages métalliques, des années 1920-1939, témoignent du remarquable travail des ferronniers : lustrerie, grilles, rampes d’escalier et autres garde corps.
Le fer est travaillé, forgé, martelé, ciselé. Les dessinateurs conçoivent des décors particulièrement travaillés.
Certaines pièces sont remarquables par leur dessin très stylisé et reflètent le style de cette époque : rayons du soleil, formes géométriques épurées.
En regardant de près, notamment les grilles, vous remarquerez leur assemblage par vissage et taraudage, la soudure n’ayant été utilisée qu'à partir de la fin des années 30.
Ce sont de véritables jeux de construction qui témoignent de la patience et de la précision du travail des artisans.
La lustrerie se développe, déclinée en lustres, appliques, et éclairage indirect.

 

 Le Plâtre.

Jusqu’au au 19ème siècle le plâtre est employé pour fabriquer les corniches et pour ses qualités de résistance au feu.
L’industrialisation de sa fabrication permet au plâtre d’entrer dans la construction de maisons entières où il remplace progressivement l’enduit à la bourre constitué de chaux, sable, paille, crins animaux ou poils de vache.
L’abaissement du coût offre la possibilité de réaliser à nouveau ces corniches, qui avaient disparu des constructions, ou des caissons pour dissimuler les poutres imposantes.
Les corniches en plâtre servent également de cache pour l’éclairage indirect avec l’arrivée du tube au néon (invention de 1911).

 

Les bas reliefs

Bas-relief, terme de sculpture : Qui ne présente qu'un faible relief, est "à plat", se détache faiblement du fond. Dans la construction : décor ou frise sur une façade.
Les bas reliefs de l'époque Art Déco sont constitués de plusieurs manières :
- Sculptures à même la pierre, pièces uniques, intégrées à la façade (motifs sur la Taverne).
- Décors en mortier moulé, réalisés parfois en série.
La fabrication du "moule" est un véritable travail artistique : cadre métallique en fer ou fonte entourant le décor (l’empreinte) sculptée dans le bois, le plâtre ou le métal.
Le décor est un simple moulage de mortier de ciment, le moule étant réutilisé plusieurs fois. Méthode économique et facile. Motifs : fleurs, corbeilles de fleurs ou de fruits, guirlandes, jonchées ou dessins géométriques épurés. Ils surmontent un couronnement, une fenêtre, une porte, un pignon ou même la façade d’un immeuble.

 
 Le béton
Le béton armé (appelé "ciment armé") apparaît vers 1900.
Les progrès continus dans l'étude des armatures, dans l'utilisation rationnelle des agrégats ainsi que dans l'emploi du ciment qui les lie, ont diminué leur coût, au point d'en faire le matériau de base de toute construction.
Les années 1920, marquent le début d’une utilisation à grande échelle.
Le béton armé permet d'agrandir pièces et fenêtres (poutres de longue portée, poteaux, linteaux) et des fantaisies comme les bow-windows autrefois construits en bois.
Apparue avec l'Art déco, la mode des plafonds bas permet de construire davantage de niveaux sur la hauteur réservée à la construction.
Les planchers des étages en béton offrent la possibilité de mettre en œuvre du carrelage ou du granito. Le confort des logements s'améliore.
LE BOIS

Début du XXe siècle : goût pour l’exotisme et premières importations de bois en provenance d’Inde, d’Afrique et d’Amérique Centrale facilité par les transports par cargo.

 

Menuiseries :

Les châssis et portes sont fabriqués dans des bois locaux alors que les bois exotiques sont utilisés dans le mobilier
L'invention de la toupie permet l'industrialisation des châssis et portes qui reproduit a moindre coût la richesse d’aspect du travail manuel. Chaque artisan signe son travail.
Les menuisiers participent à la créativité des architectes et réalisent les châssis octogonaux, horizontaux, cintres, impostes avec petits bois et frises décoratives. Les menuiseries étaient souvent fabriquées en chêne, d'où leur bon état de conservation.
Les vitraux, verres de couleur et verres imprimés mettent en valeur les menuiseries.
Les menuiseries extérieures prolongent le dessin de la façade. Le rythme des impostes, des ouvrants et la forme des châssis participent à son harmonie.
Il est important de préserver les menuiseries en bois, qui peuvent être réparées ou même remplacées à l’identique par un menuisier.
Pour économiser l'énergie et améliorer l’isolation thermique et acoustique il est possible d'incorporer des joints dans les feuillures.

 

Le savoir-faire du menuisier.
Les conditions de l’exercice de la profession de menuisier ne favorisent pas le développement des activités de réparation et de restauration.
Au contraire, le remplacement systématique des menuiseries anciennes par des châssis actuels à double vitrage constitue la solution de base proposée par le marché et encouragée notamment par la fiscalité.
Le placement de fenêtres standard permet une plus-value liée à la vente d’un produit que la réparation et la restauration n’offrent pas, alors qu’elles sont beaucoup plus exigeantes en termes de compétence et d’heures de travail prestées.
Certaines entreprises possèdent encore le savoir-faire et l’équipement qui leur permettent d’effectuer des réparations ou des copies de châssis anciens.
Elles peuvent également proposer des interventions qui améliorent les performances thermiques et acoustiques.
Les menuisiers cherchent à développer aujourd’hui une véritable démarche de restauration dans le domaine des châssis de fenêtre.

 

Les bois Exotiques.
Le prix de ces bois étant très élevé vu le coût de transport, il était rare que d'utiliser le bois en massif. Il était réservé a une élite ou pour le mobilier.
Le début des techniques d’industrialisation et des machines outils ont permis de créer des feuilles de bois (le placage) entre 5 et 6/10 de millimètre.
Le placage économise le bois cher et permet aussi d’apporter un aspect esthétique. Le tranchage fin et précis permet de multiplier le nombre d'images identiques, (le même veinage sur 3 ou 4 portes d’un même meuble) de réaliser des décors en marqueterie, de composer en frises des feuilles juxtaposées, et de garnir des panneaux de grande surface.
Le frisage est dit "glissé" si les feuilles de placage sont à fil parallèle, et "à livre ouvert" si une feuille sur deux est retournée, donnant ainsi des décors aux ramages symétriques.
En décoration intérieure, il était courant de réaliser des peintures dites d’imitation. Elles sont la reproduction quasi- parfaite de l'essence désirée sur un bois courant (le chêne était un bois courant, décoration aussi des faces intérieures des châssis pour les assortir à l’ensemble.
Placages les plus utilisés :
ronce acajou, acajou de cuba, amarante, loupe d'Amboine, avodiré, bois de rose, bois de violette, loupe de bouleau, bouleau uni d'Europe, bubinga, loupe de chêne, citronnier de Ceylan, ébène de macassar, ébène noir, loupe d'érable d'Amérique, érable moucheté, érable-sycomore, frêne blanc, frêne olivier, loupe de frêne, olivier, hêtre, if, louro faia, loupe de madrona, loupe de myrte, loupe de noyer d'Amérique, noyer d'Europe, olivier, orme, loupe d'orme, palissandre du Brésil, palissandre des indes, palissandre de Madagascar, loupe de peuplier, sapelli, sapelli pommelé, séquoia, sycomore onde, loupe de thuya, loupe de vavona, wacapoua, wenge, zebrano